Buzz | Links | Contact

Accueil » Société » La pipe de Mr Hulot et la cigarette de Chanel disparues…

Pub avec retouches de cigarettesAprès la célèbre pipe de Jacques Tati, transformée en moulinet jaune, sur les affiches de l’exposition Tati des couloirs du métro, c’est au tour de la cigarette de Coco Chanel, alias Audrey Tautou, qui disparait de l’affiche du film d’Anne Fontaine, "Coco avant Chanel" !

Métrobus, qui gère les espaces d’affichage publicitaires de la RATP, a vu dans la pipe de Jacques Tati une atteinte à la loi Evin de 1991… Celle-ci interdit juste "toute publicité, directe ou indirecte" pour le tabac et l’alcool. On en était quand même loin ! Mais Métrobus a récidivé avec son excés de zèle, face au distributeur du film "Coco avant Chanel", Warner France. En parallèle, Decaux, qui gère à Paris la publicité sur le mobilier urbain, les Abribus et les colonnes Morris, a accepté ce visuel.

Macha Makeïeff, scénographe, commissaire de l’exposition Tati et ayant droit de l’oeuvre de Jacques Tati avec Jérôme Deschamps a réussi son coup : elle a accepté le moulinet jaune "pour que tout le monde prenne conscience de la substitution et de son absurdité."

Il parait même que l’ancien ministre socialiste de la santé, Claude Evin, à l’initiative du texte, trouve lui-même qu’il s’agit d’une application abusive, contre-productive et "ridicule", du texte. Idem pour Roselyne Bachelot, actuelle Ministre de la Santé.

On a beau être contre la pub pour le tabac et l’alcool, on peut arrêter de fumer, ce n’est pas pour autant qu’il faille devenir stupide avec un excés de zèle et un non-respect du droit d’auteur qui bafoue l’image originelle !

1 Commentaire

  1. walkmindz dit :

    Ce que la religion se permet, la nicotine l’a perdu. Les lobbys ne sont plus ce qu’ils étaient.
Nous possédons un léger recul pour apprécier l’intérêt efficient ou relatif de l’interdiction de fumer en dehors du cadre intime. Fumer tue. Obéir nuit.
    Pour d’obscurantistes raisons de santé publique et de lifting de la bienséance, l’époque est au déni de sa nature, sous le joug du commerce équitable, du tourisme solidaire et de l’écologie obligatoire.
Une impression de liquidation judicaire à l’échelle mondiale me pousse à penser qu’il faut effacer toutes les traces de dérive addictive et de cannibalisme économique pour les futurs historiens.
    La suite ici : http://souklaye.wordpress.com/2009/