Buzz | Links | Contact

Accueil » Politique » Libération des infirmières bulgares avec quelle contrepartie ?

OFRWR-FRANCE-LIBYE-NUCLEAIRE-20070725Suite à la libération des infirmières bulgares et du médecin palestinien, le fils du colonel Khadafi déclarait dans le quotidien Le Monde : «Ce que je peux dire, c’est que les Français ont arrangé le coup. Les Français ont trouvé l’argent pour les familles. Mais je ne sais pas où ils l’ont trouvé.» (…) «Nous allons acheter à la France des missiles antichar Milan, à hauteur de 100 millions d’euros je pense. Ensuite, il y a un projet de manufacture d’armes, pour l’entretien et la production d’équipements militaire», indique encore Saïf al Islam Khadafi.

Hier, Nicolas Sarkozy lui répondait disant qu’il n’y a eu «aucune» contrepartie à la libération des infirmières bulgares détenues en Libye. Bernard Kouchner avait, lui, affirmé mardi qu’il n’y avait pas eu de contreparties financières versées par Paris à Tripoli. Il doit être mal dans ses baskets, lui, qui est devenu le pantin de la politique étrangère de Sarkozy : c’est le retour de bâton d’avoir voulu "toucher" le pouvoir quel qu’en soit le détenteur !

Pourquoi avoir voulu passer sous silence ces éléments des tractations avec Tripoli ? Pourquoi les politiques prennent les citoyens pour des crétins ? Qui a pu croire que le seul sourire de Cécilia Sarkozy avait pu faire tourner la tête au Colonel Khadafi, de sorte qu’il accepte ce qu’il avait toujours refusé depuis des années ? On pourrait finir par croire que Cécilia a couché avec le dirigeant lybien !!!

Tout cela est grotesque, et ternit l’image de la démocratie française, comme de sa politique étrangère et européenne.

1 Commentaire

  1. vévé dit :

    Tiens !
    Qu’est ce que je disais ….
    encore lui !
    Partout où il y a une caméra ou un appareil photo