Buzz | Links | Contact

Accueil » Politique » Xavier Darcos impliqué dans une fraude au Bac en 1982 !

Xavier Darcos et fraude au baccalaureatXavier Darcos a été impliqué dans une affaire de fraude au baccalauréat en 1982, selon le blog Les mots ont un sens. En 1983, le Nouvel Observateur avait déjà ressorti l’affaire, quand Xavier Darcos était ministre délégué à l’Enseignement scolaire…

Avant d’être mis hors de cause, il avait quand même provoqué l’annulation d’une épreuve du baccalauréat ! A l’époque, il était tout jeune professeur de lettres agrégé du lycée Laure-Gatet de Périgueux, tout en étant membre de la commission académique qui sélectionnait les sujets des examens. Des accusations de fuites auraient bénéficié à certains candidats, ce qui aurait provoqué la mise en accusation du professeur Darcos, suite à une enquête administrative du rectorat de Bordeaux.

Apparemment, Xavier Darcos avait effectivement fait travailler ses élèves, quelques jours avant le bac, sur un sujet très proche de l’un des trois proposés aux candidats. Il fut inculpé et cité à comparaître le 30 mai 1983 devant le tribunal de grande instance de Périgueux. La justice avait estimé que, les sujets ayant été choisis finalement sur plusieurs listes de propositions, personne ne pouvait prévoir de manière certaine quels seraient les trois sujets finalement proposés aux candidats et avait prononcé la relaxe de Xavier Darcos.

Ce n’est pas vraiment fait pour arranger les relations entre le Ministre et les enseignants !… C’est écoeurant. Quelle crédibilité peut-il avoir ?!

3 Commentaires

  1. arkane dit :

    Darcos est en train de massacrer l’EN.
    -Il ment sur tous les chiffres .
    -Il est à la tête d’un système qui ne respecte pas la loi .
    -Son administration est coupable de discrimination envers certaines catégories de profs (il y a plus de 5 statut de profs).
    -Il participe à la politique de dénigrement des enseignants et oublie de dire que les enseignants ne sont pas payés pendant les vacances d’été car leur salaire est indexé sur 10 mois et non sur 12 comme dans le privé. Les enseignants touchent 10 salaires étalés sur 12 mois.

    Voici certains statuts de profs (le medef peut prendre exemple)

    LES VACATIONS:
    Depuis 2004,les rectorats ne font presque plus de contrat (cdd) mais payent des vacations. Le Vacataire est payé à l’heure devant les élèves , le reste du temps il ne touche rien. Il ne peut faire que 200h dans l’année maximum, il gagne environ 4000 euros dans l’années.
    Pourquoi 200h? au delà , les rectorats sont obligés de faire signer un cdd. La vacation n’est pas un statut, il n’ouvre pas le droit au chômage , ni celui de la SECURITE SOCIALE. Les vacataires alternes entre RMI et vacations.
    Il faut signaler que c’est les socialistes qui , par le biais d’Allegre ,en 1997,ont instauré la vacation. Depuis,la droite l’utilise au maximum. Mais c’est aussi les socialistes qui ont lancé les derniers plans de titularisation. il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis!
    Il faut savoir que les rectorats ne payent pas une partie du salaire (isoe) aux vacataires. pour récupérer cette prime nous devons passer par le tribunal administratif et perdre ainsi notre place dans la liste de recrutement des non titulaires. Si nous les attaquons , nous nous suicidons professionnellement.

    Profs CONTRACTUELs
    Il existe dans l’éducation nationale un contrat encore plus précaire que le CPE c’est le CDD reconductible à l’infinie, grâce auquel les rectorats peuvent (en tant que prof),nous embaucher nous débaucher selon leur désir et en complète opposition avec le droit du travail français .Dans les faits , la période d’essaie peut durer une vie .
    Pour accéder à un CDI,il faut 6 ans de CDD sans coupure (vacations ou chomage).Donc au 5éme CDD, les rectorats( cad l’état),ne nous proposent que des vacations et si nous refusons nous sommes radiés des listes de recrutement .En clair, chomage, puis rmi. Après avoir fait une ou deux vacations les rectorats vous embauche de nouveau en tant que contractuel.
    Et cela repart pour un tour,vu que la possibilité d’être titularisé par concours a baissée de 79% depuis 2004. Exemple: 8 postes au concours interne de musique alors qu’il y a plus de 100 postes qui ne sont pas pourvus en France.
    Les concours ne servent qu’à garder sous le coude un tas de profs pas chers et échangeables. ILs ne coutent aucune indemnité de licenciement car ces profs ne signent jamais de CDI.

    Le medef a encore des progrès à faire pour créer un contrat très souple.IL faut qu’il prenne exemple sur le ministère de l’éducation :ça c’est de la souplesse!!!!

    Je ne suis pas médium mais voilà ce qui nous pend au nez:

    Parents, si vous n’avez pas de fric,vous allez être obligés de gardez chez vous vos enfants à partir de l’age de 16 ans jusqu’à 18 ans au moins .Vous devez subvenir à leurs besoins,c’est la loi.
    En plus ,vos gosses sont en droit de vous attaquer en justice à fin de vous obliger à payer leurs études,formations etc………Et vous allez payer,pendant toute la durée de leurs dites études ou formations,même après 18 ans. (pas de limite)
    L’état va vous obliger à payer pour ne plus payer lui même.
    Au moindre problème vous serez tenus pour responsables.

    C’ est quand les choses disparaissent qu’elle finissent par nous manquer.

    Les français finiront par ce rendre compte de l’utilité de ces “faignants d’enseignants”,mais trop tard !!!!
    Sur ce ! je vous souhaite de gagner au loto…………Pour l’avenir de vos enfants.

  2. Gérard PREVOST dit :

    D’accord sur le fond dans l’ensemble, mais par pitié, quand on se mêle de problèmes d »Education Nationale, on évite de massacrer l’orthographe, histoire de ne pas apporter de l’eau au moulin de nos détracteurs. Au hasard (liste non exhaustive):les vacataires alternes(–alternent)-c’est(ce sont) les socialistes-à l’infinie(infini)-la période d’ssaie(essai)-les rectorats vous embauche(embauchent)-la possibilité…a baissée (baissé)-obligés de gardez(garder)-sans oublier les accents sur l’age ou le chomage… Ainsi, vous ne passerez plus pour un être incapable d’enseigner, c-à-d un feignant (part. passé de feindre) et non un "faignant"… Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, le respect des règles n’est pas superflu. Ecoutez les discours de Sarko et vous comprendrez pourquoi sa "parole" paraît moins "sérieuse"-voire crédible- que celle de gens qui maîtrisaient et respectaient un peu mieux la langue française (de de Gaulle à Chirac, pour ne citer que les patrons, je n’ai jamais entendu qui que ce soit s’exprimer comme cela -à part peut-être Claude Allègre, un champion dans son genre ! Je ne parle évidemment que de la forme…). N’oublions pas que quelques "beaux parleurs", tels Le Pen savent "galvaniser" leurs partisans, et même convaincre des "tièdes", à l’instar de quelques tristement célèbres personnages de l’Histoire, Pour en revenir à notre "Naboléon" – c’est d’ailleurs le surnom que Le "Menhir" avait donné à Bruno Mégret- il est vrai que ce pauvre enfant de Neuilly a une démarche et des manières tellement élégantes qu’on ne saurait lui demander l’impossible… Ceci dit, prière de ne pas me traiter de rigoriste ou d’obsédé du bon usage de la langue, je me suis battu pour elle toute ma vie et je vois que le combat n’est pas fini… Sans rancune !

  3. Gérard PREVOST dit :

    Juste une petite rectification, à propos du "faignant", ancienne orthographe de "feignant", participe présent (et non passé- il était tard, j’ai omis de tout relire !) du verbe feindre. Il semblerait qu’au fil des siècles, le fainéant (de fais néant ) et le feignant (qui feint) se soient confondus dans le langage populaire, le second devenant "familier"… Mea culpa, nobody’s perfect…