Buzz | Links | Contact

Accueil » Mode » Embrouilles de luxe entre Rachida Dati et Yves Saint Laurent

Dati et les robes Yves Saint LaurentComme le redit l’Express, Rachida Dati aime le luxe, mais en ne respectant pas les usages des grandes maisons de couture, et notamment d’Yves Saint Laurent, elle crée la brouille entre elle et YSL…

L’usage veut que les personnalités – stars de cinéma, journalistes connues, femmes politiques – à qui les grandes maisons de couture prêtent régulièrement des robes et des accessoires, les restituent, dans la mesure du possible nettoyées, mais en aucun cas les gardent, sauf si un achat est envisagé auquel cas une remise d’environ 30 % est accordée ! Chacun s’y retrouve puisque la personne est resplendissante, et la maison de couture à l’occasion d’asseoir sa notoriété.

La maison YSL joint même au bordereau de livraison, une facture pro forma, lui permettant de repérer facilement les pièces manquantes. C’est là que commence l’embrouille avec Rachida Dati, qui a reçu de nombreuses pièces depuis 1 an, sans les retouner à la maison de couture…

"La garde des Sceaux a d’abord fait la sourde oreille, son entourage contestant jusqu’au prêt des vêtements. Une attitude qui a beaucoup chiffonné YSL, d’autant que la ministre est apparue à plusieurs reprises sur des photos vêtue de Saint Laurent et qu’on avait rouvert spécialement un atelier pour des retouches", selon le magazine l’Express.

Au bout du compte, après quelques échanges fermes entre le Ministère et la maison de couture, la plus grande partie des vêtements a été restituée, pour un montant de 39.000 € ! Même si la maison YSL précise que cette affaire est définitivement close et oubliée, cela fait mauvais genre de la part d’une Garde des Sceaux, non ?…

3 Commentaires

  1. borkmadjai dit :

    je dirais que c’est typique de notre chère ministre, elle est dans le beau et le luxe, ont la bien vu avec son budget 2008, BIM EXPLOSER en peu de temps moins de 4 mois je crois bien, donc forcément…

  2. herbert dit :

    Et moi, un vrai refugié politique, sans moyens et sans droits, je suis vinctime de cette ministère de l’Injustice de la France, un soi-disant pays des droits de l’homme !

  3. Droit au but dit :

    J’acquiesce dans l’idée que l’entourage des grands de ce monde faire montre d’un zèle aux limites de la malhonnêteté pour essayer de grappiller ce qui ne leur est pas accessible. Il faut rester respectueusement ferme face aux intimidations du pouvoir.

    Mais pour répondre à Herbert, ce genre de commentaire n’apporte rien au débat ni ne règle votre situation, la justice française n’est pas certainement pas parfaite mais vous êtes vivant et accueilli malgré vos petits soucis dans notre pays. C’est déjà une bonne chose, d’autre n’auront jamais cette chance.