Buzz | Links | Contact

Accueil » Politique » Flashmob à Paris contre la république bananière de Sarkozy

Flashmob à Paris contre Jean Sarkozy à l'Epad#BananaRépublique vous propose de "célébrer" dignement l’entrée de notre pays dans la farandole des régimes bananiers; ces pays où les dauphins succèdent au père, où la naissance et le pouvoir de l’argent font tout… #BananaRépublique est une initiative de simples citoyens, résolus à braver la sinistrose. Nous avons la banane ! Vous aussi ? Montrez-la !

Pour participer :
• Acheter une banane
• La décorer d’un drapeau Bleu-Blanc-Rouge
Votre banane est maintenant un objet magique ! C’est un téléphone branché en direct sur l’Elysée qui vous permet de vous porter candidat au poste de Président de l’EPAD. Vous en avez les compétences, n’est-ce pas? Votre forfait est illimité. Tout le monde va vous envier!

Le but du jeu ?
Prendre la photo ou le film le plus original possible incluant votre banane téléphone. Une simple pose suffit mais toutes les mises en scène sont permises. Au fur et à mesure, nous réaliserons une immense galerie de candidats parfaits pour l’EPAD.

Où ?
Partout où se trouve un symbole de la République française, Places des mairies, de la République, devant les bâtiments publics… France métropolitaine et outre mer.

Quand ?
Du lundi 19 au vendredi 23 octobre 2009 inclus. Choisissez des moments où il y a du monde et faites participer. Cela sera plus photogénique.

Flashmob à Paris, jeudi 22 octobre 2009 :
Tenez-vous prêts. Laissez votre numéro de téléphone sur le site. Deux SMS vous seront envoyés. Le premier pour vous donner le mode d’emploi le second pour vous fixer rendez-vous.

Pour qui ?
Tout le monde! Cette banane n’est la propriété d’aucun parti, d’aucun groupe commercial, d’aucune école de pensée. Nous la voulons simplement républicaine, dans le sens le plus original. Cette banane, c’est la chose publique, la cause publique. C’est la raison d’être ensemble. Chacun est invité à la porter, sans aucune exclusion, si ce n’est pour ceux qui voudraient en faire un instrument de violence.

Commentaires fermés