Buzz | Links | Contact

Accueil » Politique » Fadela Amara : pas pute mais soumise au gouvernement

VILLE-BANLIEUE-GOUVERNEMENTPour Fadela Amara, créatrice en 2003 du mouvement Ni putes ni soumises (NPNS), devenue secrétaire d’Etat à la Politique de la ville sous le gouvernement Fillon, tout ne va pas comme sur des roulettes…

La semaine dernière, 26 comités de Ni putes ni soumises ont démissionné en bloc du mouvement en reprochant à la direction une "remise en cause" de l’"indépendance" de l’organisation. Selon ces comités, "depuis l’entrée au gouvernement de Fadela Amara qui avait jeté le trouble chez beaucoup d’entre nous, l’actuelle direction menée par Sihem Habchi, présidente par intérim, n’a pas été capable de définir une ligne politique claire et indépendante. Une indépendance d’autant plus remise en question que Mohammed Abdi est maintenu au poste de secrétaire général du mouvement alors qu’il est aujourd’hui conseiller spécial auprès de Fadela Amara" et "seul dépositaire aujourd’hui de la signature des comptes et chèques de l’association".

Selon le Bondy Blog, ces comités démissionnaires pourraient créer un nouveau mouvement, mais sans Fadela Amara, sur la base des valeurs prônées par NPNS à la fin des années 90, et rompre "avec les mondanités du soir, les plafonds dorés et revenir au terrain là où se situe notre mission pour faire des propositions sur la culture, l’éducation, le logement", selon les termes de Safia Lebdi, première vice-présidente et co-fondatrice du mouvement.

En parallèle, on apprend que Mohamed Abdi, le fameux conseiller spécial de la secrétaire d’Etat chargée de la politique de la Ville et secrétaire général de l’association Ni putes ni soumises, a été condamné définitivement par la Cour de cassation à la mi-octobre à 18 mois de prison dont douze avec sursis pour escroquerie à la formation, pour des faits qui remontent entre 1994 et 1997.

Fadela Amara "ne souhaitait pas faire de commentaires pour le moment", concernant cette affaire… Mohammed Abdi reste secrétaire général "tant que l’enquête que mène la Cour des Comptes sur NPNS n’est pas publiée". Cette publication, précise-t-on, devrait intervenir fin décembre ou début janvier.

Pas facile de changer de bord, n’est-ce pas ?!

Commentaires fermés