Buzz | Links | Contact

Accueil » Politique » Pub sur le pouvoir d’achat à 4,33 millions d’euros et Smic en stand by

Le gouvernement a mis un budget de 4,33 millions d’euros (agence Young & Rubicam) pour dire aux français à propos du pouvoir d’achat : "Vous êtes impatients. Nous aussi". Trois semaines de clips à la télévision (1.630 diffusions à la télé !), ainsi que sur internet et dans la presse écrite (pas la radio). C’est une trouvaille de Thierry Saussez, nouveau chef du Service d’information du gouvernement (SIG), mentor de la communication des candidats UMP depuis des années.

"C’est mois après mois que nous gagnerons la bataille du pouvoir d’achat", c’est la fin du clip. En attendant, pour les smicards, ceux qui ont un pouvoir d’achat des plus faibles, le 1er juillet 2008, le gouvernement annonce une augmentation de 0,9% du Smic horaire, ce qui fait 1.037,53 € net par mois pour vivre…soit une augmentation de 9,53 € net par mois !!! Cherchez le bug…

1 Commentaire

  1. tinto81 dit :

    Budget de l’Elysée : une hausse trois fois supérieure à celle de l’Etat
    11/06/2008

    A l’heure où le pouvoir d’achat des Français est au cœur des discussions, l’Elysée prend le contre-pied de ses concitoyens. En un an, de 2006 à 2007, le budget de l’Elysée a augmenté de 8,4 %. Une hausse trois fois et demi supérieure à celle de l’Etat (2,3 %).

    Des dépenses qui englobent les frais de personnel (+ 10 %), l’équipement et les travaux d’entretien (+ 53 %), la dotation du Chef de l’Etat (+ 29 %).

    A noter toutefois, le recul des dépenses qui concernent l’Arbre de Noël de l’Elysée (-20%), la Garden Party du 14 juillet (- 5%), les vins (- 44%) et les fleurs (- 17%).

    Le député PS René Dosière, spécialiste du budget de la présidence, précise qu’ « en 2008, l’Elysée a promis un budget plus complet et transparent. On verra, dans un an, ce qu’il en sera. Force est de constater, à la lecture de ce rapport sur l’année 2007, que si la rupture est réelle quant à l’évolution des dépenses, s’agissant de la transparence, ou plutôt l’opacité, c’est la continuité qui s’impose ».